Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Ateliers ExtraOrdinaires

intervenants

Marie-Claude Bohnenblust, une artiste comme nous les aimons...

18 Mars 2010, 08:05am

Publié par Les Ateliers Extraordinaires

De son oeuvre se dégage une extraordinaire humanité...
Elle avait exposé son "Regards" auprès des oeuvres de nos Jeunes lors de l'exposition de 2008, "Sur un Fil de Beauté". Marie Claude Bohnenblust, oeuvre au sol, RegardsC'est toujours avec autant de simplicité et d'humilité qu'elle accepte de figurer sur notre blog...


ECCE HOMO - Marie-Claude Bohnenblust









Mcboh (son nom d'artiste), est une de ces artistes qui offre son art aux causes qui l'interpellent, l'émeuvent...


La journaliste Laure Dufresne écrit à son sujet :

"Les envols humanistes de Marie-Claude Bohnenblust" 


Dans le déchirement d’un drapé fatigué de sati rose, sur ces empreintes de doigts imprimés dans la glaise aux portes des temples et qu’on dirait d’enfants maladroits, Marie-Claude Bohnenblust dépose une pensée pudique et affligée. Satis 1, Marie-Claude BohnenblustA la mémoire fraternelle de ces femmes indiennes endeuillées par le veuvage et qu’autrefois on brûlait vives, elle dédie sa compassion. A d’autres êtres souffrants – les boat people ballotés sur les mers – elle parlera de la même voix, celle de l’engagement modeste et sûr, pour leur donner chair et fierté.

 

C’est ainsi qu’elle met son humanisme au service de son inspiration, souvent soudaine quand elle projette sur la toile un premier jet. Ses états, ses lectures, sa curiosité de l’actualité du monde, lui soufflent l’impulsion première et spontanée. Viennent ensuite le travail de réflexion mené dans la durée, le cheminement de la composition et de l’harmonie.


Il y a eu la puissance du mythe – le Minotaure, Icare – l’artiste puisant dans l’archétype la source d’une élévation : l’oiseau omniprésent, toutes ailes déployées, tour à tour menaçant, veilleur ou spectateur. Dans ces années-là, le rêve d’Icare prend feu plein ciel – les flammes et non les cendres – l’incandescence du rouge orangé arrêtée en vol, juste « à la bonne hauteur » sur fond d’éther pâle. Et parfois, quand le regard s’enfonce au-delà, l’esprit hérissé d’une cathédrale.

Danse cosmique, Marie-Claude Bohnenblust

Il y a eu une série sur l’identité, des clones, des formes auxquelles on peut donner les visages qu’on veut, le genre masculin et féminin, les paysages intérieurs qu’on a en soi et qu’on appelle. Plus récemment, « Inchalla » décline ses hommages aux hommes perdus en mer, exsangues et persécutés, à ces peuples sans nation ni territoire. A l’origine de cette nouvelle série, les articles de la Déclaration universelle des droits de l’Homme comme autant de rappels au droit et à la dignité.N°3 - Passeur d'espoir, série Inchalla
Dans cette même veine, se déroule la litanie des figures aux traits seulement esquissés, planètes anonymes dont on déduit seulement les corps entassés au fond d’un frêle esquif. « Passeurs d’espoir » dit la même chose sur le mode de l’espérance : un couple regarde la mer. Dans un coin de la toile, presque’imperceptible, la Croix Rouge les invite à la confiance.


Marie-Claude Bohnenblust aime les rouges et soigne ses transparences, ces glacis lisses qui figent le feu, font surgir la matière, exaltent la matité. Et de cette apparente légèreté naît le mystère : les ombres, les masques, les silhouettes à peine ébauchées à l’avant-plan, et derrière, le fond qui va faire sens.


Rien de totalement abstrait dans sa manière qu’elle qualifie elle-même de figuration libre. De même qu’avec la céramique – le craquelé vivant du raki – sa palette et sa matière délivrent toujours un message, connu d’elle et réinventé par le regard des autres.

 Regards, Marie Claude Bohnenblust.
« Regards », c’est le nom qu’elle a donné à une installation inédite : une paire d’yeux démultipliée sur une mer inégale de plaques-miroirs (ainsi peut-on s’y regarder) posées au sol. Et tout autour dansent des poèmes écrits par elle et tracés à la craie sur bâche noire. « Le regard que je reçois transforme le mien » : de cette idée de départ elle fait un paysage universel, provoquant la surprise et touchant avec simplicité à l’essentiel. En abordant une autre façon de travailler, elle élargit le champ du partage et s’inscrit dans l’art contemporain. Ni ailleurs ni autrefois.

Regards, Expo Ateliers extraordinaires 2008

Dans l’un de ses derniers satis indiens, deux silhouettes à l’antique se font face, l’une blanche, l’autre noire.
Satis 2Debout comme ces femmes qu’elle souhaite glorieuses, dressées sur un seuil de lumière. Ses oiseaux juste nés, les ailes hautes et descendantes, elle les a baptisés « protecteurs ». Ils auraient un air de crucifixion, dit-elle.


(Texte de Laure DUFRESNE journaliste - Sept 2009).






Voici sa carte de visite : Carte de visite de Marie-Claude Bohnenblust... mais vous pouvez la retrouver sur son site Internet www.mcboh-peintre.com  ou mieux encore...
Allez la rencontrer, pour ceux qui seront en région parisienne du 1er au 11 avril 2010, à l'exposition d'art contemporain, "Regards croisés", Hôpital du Vésinet, 72 avenue de la Princesse, 78110 Le Vésinet...


Françoise Harrang pour Les Ateliers Extraordinaires.

Lire la suite

Jusqu'au 21 février prochain, Myriam Delahoux expose au Manège Royal

16 Février 2010, 00:00am

Publié par Les Ateliers Extraordinaires

Myriam Delahoux,  nous vous l'avons présentée il y a peu...Myriam Delahoux
Une amie des Ateliers Extraordinaires qui avait accepté d'exposer en compagnie de nos Jeunes. Si vous êtes en région parisienne, faites un détour par Saint Germain en Laye, au "Manège Royal". Elle y expose jusqu'au 21 février 2010. Vous pourrez même la rencontrer le jeudi 18 février 2010 de 15h à 19h.

 

L’EXPOSITION

ECCE HOMO « Voici l’Homme »

Hommage à Jean Rudel 

140 artistes : peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes

du samedi 13 février à 12h au dimanche 21 février 2010.

entrée libre tous les jours de 11h à 19h 

au Manège Royal Place Royale 78100 Saint-Germain-en-Laye


Myriam m'a fait parvenir un poème que Catherine Pomper lui a dedié. Je l'ai tant aimé que je ne résiste pas au plaisir de vous le faire partager :

Expo Ecce Homo février 2010 - Myriam Delahoux
JARDIN DE TÔLES CLAIRES


de l'autre côté d'un improbable portail

s'ouvre un jardin

de tôles claires et de rouille

un amas de feuilles de métal

des appentis des remises

et...l'atelier

 

première accroche

blessure du fer

une ligne ciselée, ourlée de feu

réveille nos sens

 ravive notre vulnérabilité

état d'alerte vacillements

on s'égare on se retrouve

curieusement envahis

d'ombres confuses

et d'indéfinissables voluptés

Myriam Delahoux, danses des Appalooses 

  fruit du silence et du temps suspendu

la couleur affleure

et dévoile

ses délicates subtilités

des profondeurs feutrées

des bleus d'encre et de nuit

des opales oxydées

 ruissellent

et déploient

 des mondes inattendus

 

alors on touche à l'intime

irrépressible besoin de contact

point d'orgue

sous notre main en émoi

l'âpre métal se fait chair

des figures surgissent de la nuit des temps

une multitude d'êtres sans fard

auréolés d'étrangeté

offrent leur dénuement

et leur sage présence

 

alchimie des rencontres

entre élan et pudeur

des groupes se font et se défont

rapprochements

des liens se tissent

ils se croisentCoeur Envol, Myriam Delahoux

se confient

s'abandonnent

se protègent

et tout un peuple se livre 

Coeur Envol, Myriam Delahouxlà dans un renversement

la sculpture nous modèle

l'absolue verticale

 nous incite à la méditation

tandis que les étranges conciliabules

de ces grands initiés

interrogent en miroir

notre humanité


                                         Catherine Pomper pour Myriam Delahoux (décembre 2009).

                                       
Myriam Delahoux, quand elle parle de son travail ; alors je me retrouve plongée dans l'univers des Ateliers Extraordinaires ; celui de la beauté de l'art, de l'émotion qu'il nous procure, mais aussi et surtout de la générosité de l'âme, de l'humain, qui a tracé ces lignes pour nous les offrir à notre regard émerveillé : 
 

"Mes personnages sont en groupe. Ils peuvent parfois bouger, ce qui

change leur rapport. L’espace qui se crée entre eux se modifie aussi.

Cet espace prend une dimension nouvelle, et apporte un supplément

de sens. Le spectateur peut alors s'approprier la sculpture, et devenir

lui-même sculpteur d'espace et de sentiments."
Myriam Delahoux.


 

Myriam Delahoux,  

Sculpteur et peintre, originaire du nord de la France, réside à  Chatou (Yvelines, 78).

 

Les formes :

Myriam Delahoux est fascinée par le corps, le corps spirituel, le corps avec l'autre, le corps dans l'action.

Elle sculpte la vie, les rapports humains et tous les sentiments qu’ils engendrent. Expo Ecce Homo février 2010 - Myriam Delahoux

Pour Ecce homo, elle a voulu exprimer l’espoir, la résurrection après la mort du juste, la mort qui côtoie la vie en chacun de nous. 

La couleur : 
Chacun sait que la rouille emporte le fer vers sa disparition.
Utiliser du fer rouillé, c’est vouloir arrêter le temps, c’est prolonger sa mémoire, son histoire, c’est ressusciter une matière en lui donnant  une autre vie.  La rouille est rouge-orangé, comme le sang.

La matière :

Le fer plat provient de l’atelier du chaudronnier Foucat.  

Myriam Delahoux a détourné ce fer, symbole d’un quartier industriel aujourd’hui disparu.

Ses formes légères redonnent vie aux personnages du passé - ombres de nos parents - artisans, ouvriers, travailleurs étrangers, femmes, enfants, grande âme.



Vous pouvez voir quelques oeuvres de Myriam Delahoux dans notre album ou compléter votre visite virtuelle sur son site Internet personnel : http://www.myriamdelahoux.net


Françoise H.






Lire la suite

Myriam Delahoux, artiste-sculpteur revient parmi nous...

15 Janvier 2010, 00:00am

Publié par Les Ateliers Extraordinaires




Myriam Delahoux est l'une de ces artistes qui a déjà accepté de mêler ses oeuvres avec celles de nos Jeunes artistes lors de notre exposition "Sur un Fil de Beauté" 2008.
Myriam Delahoux

Encore une fois, c'est très cordialement qu'elle nous acccorde sa présence parmi nous.

Myriam Delahoux est sculpteur de terre et de métal, peintre et graveur.



Elle ouvre son atelier de sculpture à ceux qui lui en font la demande au 33 (0)6 86 16 19 76.



Myriam Delahoux dans son atelier



A quelques kilomètres à l'ouest de Paris, vous pourrez découvrir ses sculptures, chairs secrètes, personnages, terres et métal, ses peintures, ses gravures, ses boîtes promenades, ses meubles.
Vous pourrez avoir un premier aperçu de son oeuvre sur son
site Internet . 

Ses compositions sont aériennes et légères. Elle imagine sans cesse de nouvelles techniques pour mieux traduire ses sentiments.

Après une formation à la peinture classique, Myriam Delahoux approche le volume de façon expérimentale.
 

Elle approche davantage la céramique aux Etats-Unis auprès d'un enseignant japonais puis, à Paris, aux arts appliqués Duperré.

Elle utilise tous les matériaux, terre, bronze, papier, tissu, sable et étal.  

Toutes ses pièces sont patinées, comme un peintre pose ses couleurs, puis elles sont cuites dans un four construit par elle.


Myriam Delahoux, danses des Appalooses 

"Je suis fascinée par les chevaux, les uns avec les autres, les chevaux dans l'action. Mes chevaux s'aiment, se parlent, s'entendent, se disputent. Ils se cabrent au même rythme, de leur musique intérieure. Mes chevaux avancent, se surpassent, mais gardent l'équilibre."




Aux Ateliers Extraordinaires, nous avons apprécié son approche de l'humain, sa façon de nous dévoiler les sentiments de ses personnages. Voici comment elle décrit son travail : 
 

"Ma sculpture, je l'aime légère et non statique.

Je cherche le mouvement, les sentiments."

 Coeur Envol, Myriam Delahoux

Je suis fascinée par le corps,
le corps spirituel,
le corps avec l'autre, le corps dans l'action.

Je sculpte la vie, les rapports humains et

tous les sentiments qu'ils engendrent.
Mes compositions sont aériennes et légères.


Les deux personnages forment un couple.

Ils peuvent pivoter sur leur axe l'un par rapport à l'autre,

ce qui fait une conversation entre les deux et change

leurs sentiments.

Ils peuvent communiquer toutes sortes d'émotions et

de messages.

 

L'espace qui se crée entre eux se modifie.

Le spectateur peut les bouger lui-même. Il peut, par

l'attitude qu'il leur donne, faire passer un message auxCoeur Envol, Myriam Delahoux

autres spectateurs. Par cela, il s'approprie la sculpture en

devenant sculpteur d'espace et de sentiments.



Le mouvement de ces sculptures
n'est pas dû à un mécanisme, mais c'est la main de l'être humain,
avec
ses sentiments, qui les tourne. Cette main donne la vie,

sa vie, son message, son intuition, son regard, ce qu'il est,

ce qu'il veut dire.


J'imagine sans cesse de nouvelles techniques

J'utilise tous les matériaux, terre, bronze, papier, tissu, sable et métal.

Toutes mes pièces sont patinées, comme un peintre pose ses couleurs,

puis elles sont cuites dans un four que je construis.

Mes dernières sont habillées d'une ossature d'acier qui structure la forme.

 

Myriam Delahoux



Un grand merci de la part de toute l'équipe des Ateliers Extraordinaires à Myriam Delahoux pour sa présence parmi nous.

E-mail mydelahoux@yahoo.fr
Site Internet : www.myriamdelahoux.net



Myriam Delahoux, Exposition


D'autres photos d'oeuvres de Myriam Delahoux dans l' album photos que nous lui avons consacré, et bien plus sur son site Internet 

Françoise H.

 

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 > >>